Saltimbanque, Colombine et Pulchinella  (détail) , Giadomenico Tiepolo (1727-1804)
Le masque et l’art de simuler

Même quand je crois démasquer, déchiffrer l’autre au-delà de sa première apparence, je ne peux jamais être sûr  de mon interprétation. Le comportement que je prends comme révélateur n’est peut-être qu’une feinte supplémentaire par laquelle l’autre brouille les cartes.

 Voir à ce propos le film En compagnie des hommes  de Neil La Bute ou  Les mémoires d’Adrien  de Marguerite Yourcenar : le soupçon que les belles amantes ne se révèlent de terribles matrones  dès que l’amant s’en est allé  d’où, par la suite, l’usage des registres de police pour mieux connaître ceux à qui il a affaire.(pages.75-76 Folio) .

 Dans ses intentions, ses sentiments et sa volonté profonde, l’autre est un mystère. Son intériorité le constitue en secret.

L’art de simuler et dissimuler est d’ailleurs une forme de manipulation des autres comme de  protection de soi.

Le masque identifie le personnage dans la tragédie grecque. Métaphoriquement porter un masque c’est jouer un rôle, endosser le comportement d’un personnage d’emprunt derrière lequel on dissimule sa véritable personnalité.

 Eugène Leliepvre d'après les analyses de Dario Fo dans le "Gai savoir de l'acteur"

Qu’est-ce qui motive la simulation ?

Le désir de l’emporter … Là se placent toutes les ruses machiavéliques…

Mais ne serait-ce pas plutôt le besoin de se protéger de la cruauté des autres, de leurs jugements et de leur mépris  éventuel. ( D’ailleurs Machiavel recommande à l’homme de valeur de ne jamais sous-estimer qu’on croira qu’il dissimule même si, de fait, il ne dissimule pas d’où la nécessité de le faire… )

Les recommandations des écrits de Cour sont invariables sur ce chapitre :

 Baltasar Gracian dans son Homme de cour précise que «  La science du plus grand usage est  l’art de  simuler » 

Celui qui montre son jeu risque de perdre.  « A ces gens qui épluchent de si près les paroles couvre ton cœur d’une haie de défiance et de réserve. Qu’ils ne connaissent jamais ton goût, de peur qu’ils ne te préviennent ou par la contradiction ou par la flatterie » Voir une très belle illustration dans Les Mémoires d’Adrien de Marguerite Yourcenar (page 24. Folio) .

Torquatto Accetto développe même un traité de l’honnête dissimulation, secrétaire il subit la censure de la contre réforme «  Il est souvent prudent de dissimuler que l’on comprend et que l’on sait ; de se montrer avare de soi- même et secret ». Descartes aussi recommandera « d ‘avancer masqué », Cogitationes privatae .