L’enfant élevé dans du coton :

 Page 72 : A l’époque une famille distinguée se devait de compter au moins un enfant « délicat » autant dire fragile. Sartre ayant failli mourir à sa naissance, fut entouré des soins les plus engourdissants ; il en vient à envier les enfants qui affrontent  la misère et fondent leur droit d’exister sur les efforts de leur corps à survivre. Lui ne ressent rien qui l’attache à la vie :

-De là ses angoisses du vide et des caves capables de l’engouffrer à tout moment

-De là son flirt intellectuel avec la mort ; page 76

-et surtout son ennui ; page 75  des amis de sa mère le soupçonne d’être triste … « de quoi te plaindrais- tu ? Tu as tout ce que tu veux. ..Elle avait raison. Un enfant gâté n’est pas triste ; il s’ennuie comme un roi. Comme un chien »